• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Les femmes sans enfants

Les femmes sans enfants - Joan Stallings

La compagnie de referencement Montreal travaille présentement sur un projet qui vise à réduire la stigmatisation des femmes qui choisissent de ne pas avoir d’enfants. Un organisme à but non-lucratif, qui vient en aide aux femmes cherche à redonner aux femmes le pouvoir sur leur corps, en décidant si elles veulent enfanter ou non. Je crois que c’est une très bonne initiative, car depuis trop longtemps, on leur a donné le rôle de la procréation comme étant la principale partie de leur vie. Il est grand temps que les femmes puissent jouer un rôle plus important dans la société.

C’est vrai que les femmes connaissent, aujourd’hui, un meilleur mode de vie qu’il y a 30 ou 40 ans. Par contre, on est encore loin de l’équité entre les sexes. Certains hommes croient que la situation est très bonne aujourd’hui, et que les femmes n’ont plus de raison de se plaindre. D’autres clament haut et fort que les hommes sont maintenant devenus le sexe opprimé, ce qui ne pourrait être plus loin de la vérité. Oui, parfois, la loi penche plus vers la femme comme lors d’un divorce, quand il vient temps de choisir qui aura la garde des enfants. Par contre, quand on regarde presque tous les autres aspects de la vie, les femmes sont perdantes. Et ce n’est pas difficile d’en cerner quelques-uns.

Prenons, par exemple, en politique. Le pourcentage de femmes qui participent à la vie politique en général, est de loin, moins élevé que les hommes. Certaines diront que c’est à cause que les femmes ne s’y intéressent tout simplement pas ou, pire, qu’elles ne comprennent pas vraiment la politique. Par contre, dès qu’elles naissent, les femmes ne sont pas du tout encouragées à poursuivre une carrière dans ce domaine. La majorité n’y comprend rien, seulement parce que personne ne prend la peine de leur expliquer adéquatement.

Ensuite, regardons les femmes qui ont des postes importants dans les compagnies privées. Il y en a beaucoup moins qui sont au niveau de la direction, ou de la vice-présidence, et encore moins sont propriétaires d’une grande entreprise. Encore une fois, les femmes ne sont pas encouragées à développer les talents pour atteindre de tels buts et, de toute façon, puisqu’on s’attend à ce qu’elles aient des enfants, on laisse moins souvent la chance à une femme encore à l’âge d’avoir des petits d’avoir un tel emploi.

Donc, puisque c’est évident, il faudrait s’atteler et faire quelque chose pour que ça change.

 

The author:

author

Bonjour, je me présente : je suis Joan, une jeune femme qui demeure à la maison avec ses (trois !) magnifiques bambins mais qui garde un extraordinaire contact avec le « monde extérieur » grâce à ma vie…de blogueuse. En effet, ma vie virtuelle débute le soir quand la marmaille est couchée. Je peux alors vous parler de tout et de rien, de ce qui me passionne et de ce qui (parfois !) me titille. Bienvenue chez moi, mon petit monde virtuel que je vous partage.