• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Le rêve Américain

Le rêve Américain - Joan Stallings

Ce grand rêve Américain, comment pourrions-nous le décrire ? Que pouvons-nous faire pour réduire son impact sur la vie de tous les jours ? Car en ce moment, c’est le capitalisme qui gagne la bataille. Alors, si on s’inquiète de quelque chose d’important, d’aussi important que la qualite de l air Montreal, du niveau de pollution des cours d’eau en Chine, ou de la déforestation en Amazonie, c’est en regardant ce que la société encourage et ce qu’elle nous cache, qu’on va finir par en arriver à bout.

Alors, puisque le rêve Américain, ce sont les profits, vous n’avez qu’à aller lire une bonne définition du capitalisme en tant que tel pour voir que c’est tout ce qui compte, c’est avec notre argent qu’on donne notre avis, ou ce que j’aime appeler, notre « vote ». Oui, on vote avec notre argent, et c’est à cause de cela que les méga-corporations détiennent autant de pouvoir. Celles-ci se croient immunisées aux lois, mais ce n’est que parce que l’argent est entre leur main, donc un certain pouvoir qu’on ne peut pas négliger. Par contre, nous, les citoyens, nous avons un pouvoir de loin beaucoup plus grand qu’on ne le croit, et on peut apporter un changement important à la société si on sait où placer notre « vote ».

Puisque nous voulons réduire grandement le pouvoir des grandes compagnies, ce que nous pouvons faire, à la place, c’est encourager les petites compagnies, les petits producteurs et les travailleurs autonomes. Ce sont eux qui vont finir par mener la lutte contre les grandes corporations, car au bout du compte, le jeu politique, c’est de voir qui va gagner la dispute. Comme lors des élections, les acteurs tentent, dans la mesure du possible, de gagner notre confiance, et quand on s’accroche à un fabricant, on finit par lui remettre notre pouvoir d’achat. Les billets de banque sont donc une manière de contrôler où se dirige le pouvoir de notre société. Et chacun d’entre nous peut prendre conscience de la portée de nos décisions en choisissant de faire nos achats là où il y a un besoin.

Donc, où pouvez-vous aller magasiner ? Commencez par les petits commerces locaux, comme les restaurants et les friperies, pour vous gâter ou pour vous approvisionner en vêtements et en meubles. Par la suite, je vous conseille fortement de trouver un marché local de fermiers de la région, dont les vendeurs sont généralement choisis selon une règle de la distance de la ferme (souvent, ils disent que la limite est de 200 kilomètres, soit 100 miles, de la ville). Par contre, ce ne sont pas tous les marchés locaux qui sont si limités, car on y retrouve parfois des producteurs agricoles qui viennent d’ailleurs dans la province. Ensuite, achetez vos décorations des artistes du coin, ou du moins, de votre province. Et, pour finir, quand vous allez voir un spectacle, encouragez les musiciens et les acteurs du coin, en allant dans les places qui accueillent le talent local.

 

The author:

author

Bonjour, je me présente : je suis Joan, une jeune femme qui demeure à la maison avec ses (trois !) magnifiques bambins mais qui garde un extraordinaire contact avec le « monde extérieur » grâce à ma vie…de blogueuse. En effet, ma vie virtuelle débute le soir quand la marmaille est couchée. Je peux alors vous parler de tout et de rien, de ce qui me passionne et de ce qui (parfois !) me titille. Bienvenue chez moi, mon petit monde virtuel que je vous partage.