• Facebook
  • Twitter
  • Google +

L'accident de Jean

L'accident de Jean - Joan Stallings

Si Gilles m’avait prévenu, j’aurais certainement mis des chandails de plus dans ma valise. Je ne m’attendais pas à sentir une température aussi froide à cette époque de l’année. Le soleil brillait, mais le vent était si froid, que je ne parvenais pas à me réchauffer. Donc, au lieu de suivre mes amis pour leur promenade au bord du lac, j’ai préféré rester au chaud, dans la maison en location que j’ai prise avec eux. La chaleur du feu m’a détendu, et j’ai lu en les attendant. Le soir commençait à envelopper d’une nuance plus sombre le ciel, et mes amis n’étaient pas encore rentrés. J’ai donc décidé de me mettre à faire une soupe pour qu’ils la mangent lorsqu’ils seraient de retour. Comme je m’affairais en cuisine, je n’ai pas entendu mon téléphone sonner. Je n’ai vu les appels en absence de Daphné que vers sept heures du soir.

Elle m’expliquait que Pierre avait chuté et qu’il s’était fracturé une jambe. Il avait donc été transporté en urgence dans une clinique. Elle me demandait de la rappeler une fois que j’aurais entendu son message vocal. J’ai vu aussi que j’avais eu un rappel, sur ma boîte électronique, pour que je contacte un spécialiste en planification financiere personnelle Montréal. J’ai appelé mon amie, et elle m’a décrit l’accident de Pierre en détail, puisqu’elle avait assisté à la scène. Il avait vu une fleur qu’il voulait cueillir, pour la ramener et chercher son nom. En essayant de l’attraper, il s’était penché et il avait dévalé une pente abrupte. Le résultat avait été catastrophique. Non seulement, il était recouvert de bleus et d’épines, mais il avait mal atterri et sa jambe droite n’avait pas supporté le choc. La fracture avait été nette.

Il avait hurlé de douleur quand les secouristes l’avaient porté sur la civière. Emmené en urgence, il avait tout de suite été vu par un spécialiste, et il avait été opéré. Malheureusement, plusieurs jours de repos étaient nécessaires, il ne pourrait pas continuer ses vacances avec nous. J’étais triste pour lui, car il n’avait pas pu partir pendant l’été de l’année dernière, je savais que ce séjour comptait beaucoup pour lui. Quand Jules, Daphné et Meredith sont revenus, deux heures du matin s’affichaient sur l’horloge de la cuisine. Ils étaient très fatigués, mais ils ont tous pris un bol de soupe avant d’aller dormir pour se reposer de cette éprouvante journée, que nous n’oublierions pas de si tôt.

 

The author:

author

Bonjour, je me présente : je suis Joan, une jeune femme qui demeure à la maison avec ses (trois !) magnifiques bambins mais qui garde un extraordinaire contact avec le « monde extérieur » grâce à ma vie…de blogueuse. En effet, ma vie virtuelle débute le soir quand la marmaille est couchée. Je peux alors vous parler de tout et de rien, de ce qui me passionne et de ce qui (parfois !) me titille. Bienvenue chez moi, mon petit monde virtuel que je vous partage.