• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Des fiançailles mouvementées

Des fiançailles mouvementées - Joan Stallings

J’ai failli avoir une crise cardiaque le jour de mes fiançailles. Ce fut sans doute, le jour le plus stressant de ma vie entière. Je m’y étais pourtant prise à l’avance pour les préparatifs, mais cela n’avait servi à rien. Le jour J, tout était sens dessus dessous.  Une succession incroyable de mésaventures avait fait qu’à onze heures moins le quart, j’étais en larmes, mon maquillage dégoulinait sur mon visage, alors que tous les invités arrivaient à onze heures. Ma mère, paniquée, avait essayé de me consoler en me caressant doucement l’épaule. Elle avait réussi à me faire entendre raison. Peu importe à quel point les choses étaient allées de travers, c’était un grand jour, et il était trop tard pour faire machine arrière. Il avait fallu me démaquiller entièrement, et me remettre du maquillage en essayant de masquer mes yeux bouffis autant que possible. Puis à onze heures, j’étais prête.

La veille

J’avais fait appel à plusieurs membres de ma famille pour la préparation de ce jour spécial. Ma tante, une couturière de renom, s’était proposé à confectionner ma robe, et j’avais également un oncle pâtissier qui avait tenu à me faire une belle pièce montée en guise de cadeau de fiançailles. Je m’étais considérée chanceuse d’être l’objet de tant d’attentions et surtout soulagée de voir mes dépenses réduites. Cependant, au moment du dernier essayage la veille, la robe était bien trop étroite. Horrifiée, ma tante était vite retournée à son atelier, en me promettant qu’elle allait tout arranger, mais j’avais passé la nuit à m’inquiéter pour ma tenue.  De son côté, mon oncle qui avait d’autres grosses commandes en parallèle avait été pris au dépourvu, car son aide-pâtissier avait dû s’absenter pour la decontamination prévue. Il avait donc dû assurer tout seul toutes les commandes, y compris le mien. Et quand je vis de quoi le gâteau avait l’air le lendemain, je me suis écroulée.

Une fin heureuse

La fête avait été organisée dans la maison de mes parents. Nous avions installé de grands chapiteaux blancs dans la cour pour obtenir une ambiance champêtre. J’avais totalement honte du gâteau, mais je ne voulais pas non plus vexer mon oncle en allant acheter un autre gâteau. Il avait quand même passé une nuit blanche pour cela. Ma robe m’allait approximativement, ma tante avait dû la refaire entièrement, celle que j’avais essayée la veille, étant irrécupérable. Pour être franche, ce n’était pas réellement la fête dont je rêvais, mais quand nous fîmes nos promesses aux yeux de toutes ces personnes que l’on aimait, alors plus rien d’autre ne comptait.

 

The author:

author

Bonjour, je me présente : je suis Joan, une jeune femme qui demeure à la maison avec ses (trois !) magnifiques bambins mais qui garde un extraordinaire contact avec le « monde extérieur » grâce à ma vie…de blogueuse. En effet, ma vie virtuelle débute le soir quand la marmaille est couchée. Je peux alors vous parler de tout et de rien, de ce qui me passionne et de ce qui (parfois !) me titille. Bienvenue chez moi, mon petit monde virtuel que je vous partage.